DPE : quelles sont les villes françaises les plus énergétiquement performantes ?

En matière de performance énergétique, les logements hexagonaux présentent-ils de réelles disparités selon leur localisation ? Dans quelles villes les habitations sont-elles les plus (et les moins) énergivores ? SeLoger a mené l’enquête.

 

Quelle est l’utilité du DPE ?

Alors que le gouvernement part en guerre contre les « passoires thermiques » et qu’une loi incitant les Français à rénover énergétiquement leurs logements – la fameuse loi Énergie-Climat – entrera bientôt en vigueur, le Diagnostic de Performance énergétique (DPE) est au centre de toutes les attentions. Rappelons que ce document – obligatoire si vous désirez vendre ou faire de la location – vise à estimer la consommation en énergie de votre logement et ainsi à renseigner vos futurs acquéreurs/locataires sur le montant des factures (électricité, gaz) dont ils devront s’acquitter. « Mais ce que l’on sait moins, c’est que le DPE contient également des recommandations qui, si elles sont suivies, contribueront à améliorer l’efficacité énergétique/thermique de votre bien » précise Bertrand Gstalder, Président du Groupe SeLoger.

Le DPE : méconnu, décrié mais incontontournable

Parmi les reproches adressés au DPE, ce sont son manque de fiabilité et de cohérence qui reviennent le plus souvent. Face au désamour des Français pour ce diagnostic, le gouvernement a réagi. « La performance énergétique, c’est l’un des premiers critères pris en compte pour l’achat ou la location d’un bien immobilier » explique le député du Gard Anthony Cellier. « C’est pour cela que le DPE est primordial ! Dans la loi ÉLAN, j’avais porté un amendement pour que le DPE, aujourd’hui obligatoire, devienne opposable. Il le sera dès 2021 ! Un grand travail de fiabilisation et d’harmonisation des DPE a également été engagé par le gouvernement et sera finalisé très prochainement ».

Les logements les moins énergivores se trouvent à Toulon

Il ressort de l’analyse des classements énergétiques des logements proposés sur SeLoger que c’est à Toulon que les habitations sont les moins énergivores. En effet, dans la préfecture du Var, la data qu’a récoltée SeLoger fait état d’une consommation annuelle se limitant à 145 kWh/m² et permettant aux logements toulonnais d’être classés C. Pour information, la moyenne nationale du DPE est de 250 kWh/m², ce qui correspond à un classement énergétique de catégorie E. Classées D, Montpellier et Toulouse se hissent, quant à elles, sur les 2e et 3e marches du podium avec des scores respectifs de 161 et 166 kWh consommés par an et par mètre carré d’habitation.

BON À SAVOIR

  • Si son DPE indique qu’il est peu gourmand en énergie, un logement pourra se vendre de 15 à 25 % plus cher qu’une autre habitation moins performante, énergétiquement parlant. C’est ce qu’on appelle la « valeur verte » d’un bien.
  • A l’inverse, un logement classé F ou G est une véritable passoire thermique. BON À SAVOIR
  • Le diagnostic de performance énergétique (DPE) est un document qui fournit au futur acheteur/locataire d’un logement une estimation de sa consommation énergétique ainsi que de son taux d’émission de gaz à effet de serre.